CHAPITRE 2 : PHYSIOPATHOLOGIE  Abonné

Publié le 26/09/2014

La pathogénie des péricardites, encore mal comprise, pourrait être liée soit à des infections virales, soit à des pathologies auto-immunes et/ou auto-inflammatoires. L’hypothèse la plus probable est celle d’un processus auto-immun localisé au péricarde consécutif à un « trigger » viral. La réplication virale dans le péricarde et le myocarde entraînerait, par mimétisme moléculaire, une réponse immunitaire cellulaire et humorale dirigée contre le virus et/ou contre le tissu cardiaque.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte