Obésité, MICI...

À chacun son microbiote  Abonné

Publié le 22/02/2013
Des études d’observation chez l’homme montrent une différence de composition du microbiote, notamment entre personnes obèses, atteintes de maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI) ou indemnes de ces pathologies. La question de restaurer un microbiote intestinal « normal », par le biais de prébiotiques est à l’étude.

Le microbiote intestinal est bien plus compliqué qu’il n’y paraît. Tout d’abord, on a recensé environ 500 espèces différentes de bactéries, mais la diversité est telle que chaque individu possède son propre microbiote. Autrement dit, le nombre d’espèces communes à plusieurs individus est très restreint, voire nul. « Dans ces conditions, il était difficile de définir le microbiote intestinal “normal”», indique Joël Doré (INRA, Jouy-en-Josas) lors des Journées Annuelles Benjamin-Delessert (JABD, 1er février 2013, Paris).

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte