Addictologie

Cannabis et troubles schizophréniques  Abonné

Publié le 19/03/2010
Le cannabis est un facteur de vulnérabilité vis à vis des troubles schizophréniques et devient ainsi un problème préoccupant de santé publiquen en raison de la fréquence élevée de sa consommation à l’adolescence.

Crédit photo : ©VOISIN/PHANIE

En février 2010, l’observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT) évalue à 1,2 millions les consommateurs réguliers et à 500 0000 les consommateurs quotidiens en France et souligne que pour certains « Fumer du cannabis devient « normal, au double sens d’un acte « non réfléchi », « automatique » et d’une adhésion à la « norme » du groupe social auquel adhère l’individu.» L’initiation se fait en moyenne à 15 ans, moins dans le cadre festif qu’au quotidien, au contact d’autres jeunes.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte