Cancer pulmonaire et mortalité précoce  Abonné

Publié le 09/01/2015

Crédit photo : SPL/PHANIE

Le taux de survie du cancer pulmonaire est faible car le diagnostic est tardif. Les patients consultent d’abord leur médecin traitant avant d’être redirigé vers un centre spécialisé. Il est donc important, pour le médecin généraliste, de reconnaître les éléments cliniques permettant de suspecter le diagnostic.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte