Santé des médecins

Burn-out et suicide : la veuve d’un généraliste témoigne « pour que ça ne recommence pas »

Publié le 14/06/2019
Burn-out et suicide : la veuve d’un généraliste témoigne « pour que ça ne recommence pas »

BO
Andrey Popov/adobe stock

Cinq ans après le suicide de son époux, médecin de famille dans les Pays de la Loire, Marie L. s’est confiée au Généraliste. En acceptant pour la première fois de témoigner, elle souhaite avant tout une prise de conscience des soignants sur la nécessité d’accompagner tout praticien en souffrance, comme n’importe quel autre patient.

Elle avait choisi de ne pas en parler, par pudeur. Aujourd’hui, Marie L*. sort de son silence « pour que ça ne recommence pas ». Il y a 5 ans, son époux Philippe, médecin généraliste à Nantes, s’est donné la mort en se jetant par la fenêtre du domicile familial après plusieurs années de dépression. « En 2010, les symptômes du burn-out ont commencé », explique-t-elle d’une voix douce. Cette psychologue du travail connaît bien l’épuisement professionnel. À l’époque, elle travaille pour la plateforme d’écoute Proconsult, désormais partenaire de l…

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)