Syndrome coronaire aigu

Bithérapie antiplaquettaire prolongée : pour qui ?  Abonné

Publié le 02/10/2015

Crédit photo : AIRELLE-JOUBERT/PHANIE

La durée optimale de la double antiagrégation plaquettaire (AAP) reste d’actualité. Pour la grande majorité des patients, un an après le SCA, l'inhibiteur du P2Y12 (ticagrelor) est arrêté pour laisser l'aspirine seule. De précédentes études n'étaient pas favorables à la poursuite de la bithérapie au-delà d'un an jusqu'à l'étude DAPT dans laquelle un traitement de 30 mois se révélait supérieur à celui de 12 mois. Des conclusions que vient conforter l’étude Pegasus, essai incluant plus de 21 000 patients à haut risque CV.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte