Oncologie

ANNONCER UNE MAUVAISE NOUVELLE  Abonné

Publié le 25/03/2011
L'annonce d'une mauvaise nouvelle nécessite une consultation longue pour évaluer l'état psychologique du patient et envisager tout de suite une stratégie concrète et claire de prise en charge.

Crédit photo : ©BARRAU-CCN/PHANIE

Monsieur K, 55 ans, se plaignait de douleurs abdominales atypiques isolées que le médecin généraliste a traité de manière symptomatique. Plusieurs mois plus tard, M. K consulte un « spécialiste » qui conclut à un problème psychosomatique compte tenu du profil psychologique du patient, de ses examens clinique, biologique et échographique normaux. M. K revient consulter son médecin généraliste : « j'ai mal au ventre et personne ne trouve rien ». Le correspondant gastro-entérologue demande « à tout hasard » des marqueurs tumoraux qui révèlent un adénocarcinome du pancréas.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte