Santé publique

Amiante, la bombe à retardement  Abonné

Publié le 06/03/2015
Mésothéliomes en hausse, expositions qui perdurent, etc. Sur le plan médical le chapître amiante est loin d’être clos et le pire pourrait même être à venir, comme le suggèrent plusieurs travaux récents. Avec, pour le généraliste, un rôle de sentinelle accru vis-à-vis d’une population à risque souvent sortie du circuit du travail.

Crédit photo : HANS-FRIEDER & ASTRID MICHLER/SP

Martine Aubry pourrait en témoigner : sur le plan juridique ou politique l’amiante n’a pas fini de faire parler d’elle. Sur le plan médical, l’éviction de l’amiante en 1996 avait laissé espérer un tassement progressif des problèmes dans les années 2000. En fait il n’en est rien, alertent depuis quelque temps épidémiologistes et cliniciens.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte