Immunologie

Allergie alimentaire, un diagnostic bien codifié  Abonné

Publié le 01/10/2010
La recherche étiologique est indispensable pour ne pas limiter abusivement la consommation d’aliments ou risquer un choc anaphylactique par négligence.

Kévin 20 ans consulte car une semaine auparavant, il a présenté à la fin du repas, chez sa grand-mère qui habite au bord de la mer, une urticaire généralisée, un prurit de la plante des pieds et de la paume des mains, un prurit du palais associé à une gêne respiratoire minime (laryngée), les symptômes ont disparu en une heure. Depuis il va bien. Il n’a aucun antécédent, notamment allergique, il fait du tennis deux fois par semaine et ne fume pas.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte