Les nouvelles recos de la Société Française d’Alcoologie point par point

Alcool : le généraliste reprend la main Abonné

Publié le 27/02/2015
Alcool : le généraliste reprend la main


BURGER/PHANIE

La prise en charge du mésusage de l’alcool a radicalement changé en 2014 avec l’obtention de la RTU par le baclofène, la mise à disposition du nalméfène et la fin du dogme de l’abstinence au profit d’un objectif de réduction de la consommation. Ce qui a conduit la Société française d’alcoologie (SFA) à édicter en ce début d’année 2015 de nouvelles recommandations, principalement dirigées vers le médecin généraliste.

« Puisqu’une des difficultés majeures était l’abstinence imposée aux patients sévères, ce qui n’est plus le cas aujourd’hui, on espère que les malades vont pouvoir plus facilement accepter une offre de soins, qui peut être la réduction de consommation, quel que soit le niveau de sévérité de la pathologie observée. La Société Française d’Alcoologie (SFA) a donc jugé nécessaire d’édicter de nouvelles recommandations dans le but d’aider les généralistes à repérer et prendre en charge le patient alcoolique », explique le président de la SFA, le Pr Henri-Jean Aubin. Apprendre à reconnaître…

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte