Affaire Lambert : « Ce qui a posé problème, c’est l'absence de directives anticipées », estime un juriste

Par
Publié le 21/05/2019
La Cour d'appel de Paris a créé la surprise en ordonnant lundi soir la reprise des traitements de Vincent Lambert qui avaient été interrompus le matin même par le CHU de Reims. La Cour attend la décision du Comité international sur les droits des personnes handicapées de l'ONU (CIDPH), auprès duquel les parents ont déposé un recours. Augustin Boulanger, juriste au conseil scientifique de la Société française d'accompagnement et de soins palliatifs (SFAP)*, décrypte ce nouveau rebondissement judiciaire et l'impact que pourrait avoir l'affaire Lambert sur la fin de vie en France.

Comment interpréter et comprendre les différentes décisions judiciaires rendues ces dernières semaines autour de Vincent Lambert ?

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)