Allergologie

ADRENALINE ET ANAPHYLAXIE  Abonné

Publié le 02/03/2012
En ambulatoire, quand injecter l’adrénaline, sur quels éléments cliniques ? Injectée par voie intra-musculaire, l’adrénaline est seule capable d’enrayer un choc anaphylactique vers une évolution défavorable.
Oedème labiale

Oedème labiale
Crédit photo : ©SPL/PHANIE

L’anaphylaxie est définie par la présence de symptômes cutanés et muqueux (urticaire, angio-œdème, œdème pharyngolaryngé, conjonctivite) associés à un ou plusieurs des symptômes suivants : respiratoires (asthme), cardio-vasculaires (hypotension), digestifs (nausées, vomissements, diarrhée, douleurs abdominales), neurologiques (troubles de la conscience, coma) (1). Les premiers symptômes sont le prurit de la paume des mains et de la plante des pieds.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte