Action en justice contre l'implant contraceptif Essure

Publié le 09/12/2016
Appareil génital féminin

Appareil génital féminin
Crédit photo : ROGER HARRIS/SPL/PHANIE

Mis en place depuis plus de 10 ans en France comme alternative à la ligature des trompes, les implants de contraception définitive Essure font à présent l'objet d'une action en justice à l'encontre des laboratoires Bayer, les fabricants actuels. Ce procédé, sous surveillance renforcée de la part de l'ANSM, est soupçonné de causer divers troubles neurologiques, musculaires, hémorragiques, ou ORL (douleurs au dos, à la nuque, paralysie temporaire ou permanente, épisode de surdité…), selon l'avocat des patientes.

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)