70 ans après, la bombe d’Hiroshima fait encore des ravages

Publié le 06/08/2015

Crédit photo : Science Source

6 août 1945, 8h15. Le bombardier américain baptisé « Enola Gay » largue « Little boy » au-dessus d’Hiroshima. La bombe à uranium explose en une boule de feu à 600 mètres du sol où la température atteint 4 000 degrés, l’énergie dégagée provoquant un gigantesque champignon nucléaire. En 45 secondes, 75 000 habitants meurent et l’on dénombrera au total, dans les semaines qui suivent, 140 000 victimes.

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)