25 ans après la loi Evin, son application reste entâchée de violations

Publié le 08/01/2016
Claude Evin et Michèle Delaunay

Claude Evin et Michèle Delaunay
Crédit photo : DR

C’est l’une des rares lois dont les Français connaissent le sens à la seule évocation de son nom. La loi Evin, dont ce vendredi marque le 25e anniversaire, a fait l’objet d’un bilan de la part de Michèle Delaunay, députée et nouvelle présidente de l’Alliance contre le tabac, et Claude Evin, redevenu avocat depuis qu’il a quitté l’ARS Ile-de-France. Si le texte n’a, à leurs yeux, pas pris une ride, son application suscite toujours des difficultés qui font de la France la « lanterne rouge de la lutte contre le tabac » au niveau européen.

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)