Gynécologie - LES INFECTIONS GÉNITALES BASSES FÉMININES
FMCMise au point
GynécologieLES INFECTIONS GÉNITALES BASSES FÉMININES (1/10)
10.06.2016

Les infections génitales basses sont variées et relèvent de la médecine de premier recours. Les prélèvements bactériologiques se simplifient et leurs indications s'élargissent pour guider la thérapeutique au plus juste.

  • gynécologie
La plupart des infections génitales basses de la femme sont endogènes. Quant aux affections exogènes, le spectre est large : des vaginites de la fillette aux IST des femmes sexuellement actives. Certaines sont le plus souvent asymptomatiques (gonocoque, Chlamydiæ…) ; d’autres, au contraire, sont volontiers bruyantes et gênantes (Candida, trichomonas…).  

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre préférence : 1 an au journal Le Généraliste
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

les autres mises au point

add
FMCMise au point

LA DERMATOLOGIE QUOTIDIENNE EN MÉDECINE GÉNÉRALE Abonné

ouv

Des visages rouges, aux éruptions bulleuses ou fébriles, en passant par les tumeurs ou les ulcères de jambes, le Forum des Médecins... Commenter

FMCMise au point

Pédo-psychiatrieLE TROUBLE DÉFICIT DE L'ATTENTION AVEC OU SANS HYPERACTIVITÉ Abonné

Pédo-psychiatrie - LE TROUBLE DÉFICIT DE L'ATTENTION AVEC OU SANS HYPERACTIVITÉ-1

Les recommandations de la HAS de 2015 constituent une référence dans la prise en charge du trouble déficit de l’attention avec ou sans... 1

FMCMise au point

PédiatrieL'ASTHME CHEZ LES ENFANTS DE MOINS DE 5 ANS Abonné

Pédiatrie - L'ASTHME CHEZ LES ENFANTS DE MOINS DE 5 ANS-1

En l'absence de possibilité d'EFR, le diagnostic d'asthme chez le petit enfant repose uniquement sur la clinique et l'évolution des... Commenter

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
OMS

Résistance aux antibiotiques : les 12 bactéries les plus menaçantes selon l'OMS

Alors que l'union européenne a annoncé pour l'été un nouveau plan d'action sur la résistance aux anti-microbiens, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) vient de son côté de publier une liste de...Commenter

Enquête10 ans de spécialité en médecine générale : qu'est-ce qui a changé pour vous ?

Enquête - 10 ans de spécialité en médecine générale : qu'est-ce qui a changé pour vous ?-0

Voilà dix ans, les premiers spécialistes en médecine générale sortaient de l’internat. Et dans la foulée, un vaste mouvement de validation... 20

La plupart des Français favorables à une recertification de leur médecin traitant

diplôme

Les Français sont très attentifs aux propositions en matière de santé des candidats à la présidentielle. Cette tendance, qu'indiquait déjà... 17

GynécologieL’IVG MÉDICAMENTEUSE EN MÉDECINE GÉNÉRALE Abonné

Gynécologie - L’IVG MÉDICAMENTEUSE EN MÉDECINE GÉNÉRALE-1

En 2015, la majorité des IVG réalisées en établissements sont médicamenteuses et la part de celles pratiquées en ville ne cesse... Commenter

Métabolisme INTERVENTION BRÈVE ET OBÉSITÉ : ANTICIPER SANS HEURTER Abonné

Métabolisme  - INTERVENTION BRÈVE ET OBÉSITÉ : ANTICIPER SANS HEURTER-1

Comme pour le tabac, une intervention brève auprès des patients obèses est (peu) efficace. Leur proposer de l’aide sans qu’ils soient... Commenter

A découvrir